Rechercher

Comprendre les "328" caractéristiques de l'éclairage !!

Tout le monde le sait, car tout le monde le vit : l’éclairage est important pour réaliser nos tâches quotidiennes.


Pourquoi lire cet article ?

Sauf si vous êtes en cécité, il est fort probable que vous ayez des préférences de couleurs et d’intensité lumineuse. Évidemment, vous savez ce que vous aimez et surtout ce que vous n’aimez pas. Toutefois, vous ne faites pas confiance à votre conjoint (e) pour aller vous acheter les ampoules au magasin, car vous ne savez pas comment l’orienter dans son achat. Fort à parier que vous lui donnez la boîte et lui dites « achète la même, stp ! ». Avouez-le, il est difficile de donner les caractéristiques précises de l’ampoule qui vous plait. Rien de grave. L’important est de comprendre que vous avez des besoins spécifiques et/ou des préférences ; qui ne sont d’ailleurs peut-être pas les mêmes que lui/elle… mais, passons !


L'éclairage ça nous concerne tous!

Mes articles sont généralement orientés pour répondre aux besoins des personnes qui présentent une déficience visuelle. Celui-ci sera certainement utile à plus grande échelle. Je tenterai de présenter simplement l’ensemble des caractéristiques que vous êtes susceptibles de retrouver sur les ampoules d’aujourd’hui. En espérant qu’après cette lecture vous serez en mesure de vous dépatouiller pour choisir l’éclairage qui répond à VOS besoins ou (si vous êtes intervenant en déficience visuelle) aux besoins de votre patient.


De l'aide la plus simple à l'aide la plus complexe

Je ne peux m’empêcher de commencer par un petit éditorial qui concerne la déficience visuelle. La moindre des choses pour les intervenants en basse-vision (ergothérapeute, AVJiste, SRDV) consiste par ne pas attribuer d’aides techniques ou d’aides visuelles juste parce que c’est « in ». Même si elles peuvent être très utiles pour certains, ces aides ne sont pas une finalité. Croyez-moi, elles peuvent facilement constituer un handicap supplémentaire.


Dans le précédent papier, je vous ai expliqué que l’œil est doté d’outils bien spécifiques, qui lui permettent de gérer la lumière et les détails qui se trouvent dans son environnement. Avant même l’attribution d’une aide visuelle, l’intervenant en basse-vision devrait se questionner sur les besoins en éclairage. J’irais même plus loin en disant qu’il devrait AUSSI considérer l’activité et son contexte de réalisation.


Les trois principaux avantages de l'éclairage

Pourquoi commencer en questionnant l’éclairage ? Parce que cela constitue un faible coût, que c’est facile à trouver en magasin et que ça optimise le confort visuel et l’accès aux informations. Or, la personne devrait être plus efficiente au niveau de la quantité et de la qualité du travail rendu.


Voilà. Jusqu'ici, rien de compliqué.


Maintenant passons aux critères de choix d’une ampoule :


  • La température de couleur – le degré Kelvin (°K) :

La couleur de la lumière qui est émise par la source lumineuse se mesure en degré Kelvin (°K). Peu importe la pathologie visuelle de la personne, il est pertinent de commencer par trouver la couleur qu’elle préfère. C’est la 1ère caractéristique que vous devez chercher. Les températures hautes se réfèrent à des couleurs froides (c-à-d un blanc qui tend vers le bleu). Les températures basses quant à elles se réfèrent à des couleurs chaudes (c-à-d un jaune qui tend vers l’orange/rouge). Sur le marché, il est possible de retrouver des ampoules avec des températures de couleur qui varient généralement entre 2500 °K et 6000 °K. Les températures de couleur très hautes sont plus difficiles à trouver. Les plus fréquentes sont certainement situées entre 2700°K et 3500°K. Attention, cette information ne veut absolument pas dire qu’elles soient les plus intéressantes. Cela dépend de la personne.


  • La quantité de lumière – le Lumen (Lm) :

Que les besoins en éclairage de la personne soient faibles ou très importants, la 2e caractéristique à rechercher est le nombre LUMEN (Lm) qui procure le meilleur confort visuel. Le Lm se définit par la quantité de lumière émise par la source lumineuse. Plus le nombre de Lm est élevé, plus il fera clair dans la pièce. Inversement, plus le nombre de Lm est faible, plus l’éclairage sera tamisé.


  • La puissance électrique - WATTS (W) :

Les watts correspondent à la puissance électrique de l’ampoule, soit sa consommation énergétique. Plus il y aura de WATTS, plus votre facture d’EDF (Hydro-Québec pour mes amis québécois) sera élevée. Sur les emballages d’ampoules, le nombre de Watts laisse tranquillement sa place à l’efficacité énergétique qui est une donnée plus concrète.


  • L’efficacité énergétique :

L’efficacité énergétique d’une source lumineuse est calculée à partir des critères LUMEN et WATT par l’opération suivante Lm/W. L’efficacité énergétique est généralement représentée par des bandes de couleur allant du vert (économique) au rouge (énergivore) sur la boite des ampoules.


  • L’indice de rendu des couleurs (IRC) :

L’IRC indique l’aptitude de la source lumineuse à restituer l’aspect coloré de l’objet qu’elle éclaire. Avec un bon IRC, qui doit se situer au-delà de 80%, la couleur sera fidèle à la réalité : le rouge sera donc rouge et non pas rose ou orange.


  • Le nombre d’heures :

Le nombre d’heures indiqué sur la boite vous aide tout simplement à estimer la durée de vie de l’ampoule. La durée sera dépendante de la consommation que vous allez en faire. Pour la même ampoule achetée au même moment, vous changerez certainement plus rapidement celle de la cuisine que celle du placard. Pourquoi ? Hey bien, parce que vous êtes certainement plus souvent dans la cuisine que dans le placard.


Les sources lumineuses sont nombreuses, je liste ici les plus fréquentes :


  • Ampoules incandescentes :

Normalement, il ne devrait plus y avoir d’ampoule incandescentes sur les étalages. Les compagnies ont arrêté d’en produire il y a quelques années. Mais, juste au cas où et à titre d’information je vous présente ses caractéristiques. Point + : faible éblouissement, faible coût, installation facile et possibilité de mettre un variateur de lumière. Points - : faible efficacité énergétique (oui ! L’incandescente faisait monter la facture d’électricité), échauffement et fragilité.


  • Ampoules halogènes :

Point + : bonne efficacité énergétique, bon IRC, possibilité de jumeler avec un variateur de lumière. Points - : éblouissant, échauffement et installation complexe.


  • Ampoules fluorescentes :

Points + : bonne efficacité énergétique, grand choix de températures de couleur, installation facile, possibilité de mettre un diffuseur, pas d’échauffement. Points - : complexité d’installation d’un variateur d’intensité lumineuse, coût élevé, encombrant et faites de mercure*.


  • Ampoule fluo-compact :

Le tube fluorescent est plié en 2, 3, 4, 6 ou torsadé. Il possède les mêmes caractéristiques que le tube fluorescent, mais sans l’encombrement. *Attention !! Il existe un protocole de sécurité face au mercure lors d’un bris d’ampoule !!


  • Les LED (Light-Emitting Diode) :

Constitue la grande majorité des ampoules sur le marché. Points + : bonne efficacité énergétique, large choix de températures de couleur, pas d’échauffement, faible coût, installation facile et possibilité de jumeler un gradateur. Les ampoules se présentent sous plusieurs formes et modèles. Points - : éblouissement élevé.


Petites astuces

Installer des variateurs d'intensité lumineuse

Je vous encourage à installer des variateurs d'intensité lumineuse dans les pièces. Ils vous permettront d’adapter l’intensité de votre éclairage en fonction de vos besoins. A mon avis, les pièces les plus susceptibles d’en bénéficier sont la salle à manger et les chambres à coucher. Il existe des variateurs pour les plafonniers, mais aussi pour les lampes d'appoint. *Attention, car ce ne sont pas toutes les ampoules qui peuvent être jumelées à un variateur. Le symbole + et – doit être présent sur l’emballage.


Installer des lampes d'appoint / appliques murales

L’installation de lampes d’appoint ou d’appliques murales est aussi une solution intéressante pour la gestion de la quantité de lumière dans une pièce.


En espérant que mes explications vous auront été utiles et que vous serez en mesure d’assurer lorsque vous demanderez à votre tendre moitié : « chéri (e) si tu passes chez Bricorama pourrais-tu ramener deux ampoules, LED 3500°K de 850 Lm pour la chambre stp ? ».

87 vues